LMI Blog

 Infrastructure - La chronique de Christophe Bardy

Virtualisation : Microsoft Viridian de plus en plus virtuel...

Depuis près de 18 mois, Microsoft n'a cessé d'élever la barre pour son environnement de virtualisation allant jusqu'à promettre récemment le support de 64 coeurs processeur et l'ajout à chaud de ressources. Le mois dernier, déjà, Microsoft a dû admettre, qu'il ne pourrait tenir ses délais et a repoussé la disponibilité de la version bêta du futur hyperviseur de Windows LongHorn, Viridian. Hier, l'éditeur de Redmond a fini par concéder, qu'il ne pourrait sortir son logiciel sans revoir considérablement à la baisse ses capacités.

Exit donc l'ajout à chaud de ressources physiques (CPU, mémoire et I/O). Exit la promesse de supporter jusqu'à 64 coeurs : Les utilisateurs devront se contenter de 16 coeurs (ce qui n'est déjà pas si mal). Plus grave, en revanche, Viridian ne permettra pas la migration à la volée de machines virtuelles d'un serveur à un autre, une fonction déjà supportée par VMWare avec VMotion et que Xen suporte aussi avec les outils d'administration adaptés. Adieu datacenters dynamiques, bonjour datacenters statiques...

Si l'on résume, Microsoft ne disposera d'aucune alternative à l'hyperviseur de VMWare et aux hyperviseurs libres avant le second semestre 2008. A cette date, il aura plus de deux ans de retard technologique sur ses concurrents, et il faudra sans doute attendre la mi-2009 pour que Viridian soit au niveau actuel des produits actuels de VMWare et des distributions Linux, qui auront sans doute évolué d'ici là. Ce sont les futurs actionnaires de VMware qui vont être contents...

En savoir plus :

Le blog de la division serveur de Microsoft

mai 11, 2007 dans Actualité, Serveurs, Virtualisation | Permalink | Commentaires (1) | TrackBack

Virtualisation : VT-x et AMD-V ne servent à rien…

Si l'on en croit Steve Herrod et Jack Lo de VMware, les technologies d'assistance à la virtualisation produites jusqu'alors par Intel et AMD ne servent pas à grand chose. Pire, dans leur itération actuelle, ces technologies nuiraient plutôt plus aux performances qu'autre chose.
Un pavé dans la mare à l'heure où Intel et AMD s'étripent à grand coups d'annonces pour promouvoir "l'intérêt" de leurs technologies d'assistance à la virtualisation des instructions x86 en mode privilégié.

Ironiquement, Vmware n'utilise aujourd'hui VT-X, la technologie d'Intel, que pour palier une déficience des puces du fondeur dans l'exécution d'instructions 64 bit. Le jeu d'instruction EMT-64 des Xeon 64 bit ne gère en effet pas la segmentation en mode 64 bit, ce qui contraint VMware à utiliser VT-x pour supporter les systèmes d'exploitation 64 bit en mode client sur les Xeon. L'ironie est que le recours à VT-x dans ce contexte se traduit par un impact sur les performances, ce qu'Intel se garde bien de préciser. Comme l'explique VMware, VT-x n'intégre pas pour l'instant d'assistance à la virtualisation de la mémoire. L'utilisation de VT-x implique donc des changements de contextes fréquents (VMM_exit) ce qui nuit aux performances…

Le cas d'AMD est différent. VMware ne supporte pas la technologie AMD-V car elle ne lui sert à rien. AMD ayant bien travaillé, les Opteron les plus récents gèrent la segmentation, ce qui permet à VMware de ne pas avoir à utiliser la technologie de virtualisation maison poour supporter les environnements clients 64 bit. Pour le reste AMD-V n'est pas mieux jugé que VT-x par VMware. Selon l'éditeur, les deux technologies restent moins performantes que le code de translation binaire du jeu d'instruction x86 de VMware ESX Server pour la virtualisation des instructions en mode privilégié…

Quoiqu'en dise le marketing des deux fondeurs, il est donc inutile en l'état actuel de VT-x et d'AMD-V de baser une décision d'acquisition de serveur sur le support ou non par VMware des deux technologies. En particulier, le fait qu'AMD-V ne soit pas pour l'instant supporté par VMware n'est pas un désavantage par rapport à Intel, mais plutôt le résultat d'un meilleur jeu d'instructions... Les gains de performances annoncés par les deux fondeurs ne seraient, quant à eux, que de pieux mensonges…

…mais cela devrait changer en 2007

C'est en tout cas la situation actuelle avec la version 1 des deux technologies. Mais la situation devrait rapidement évoluer dans les trimestres à venir. Lors du lancement de ses puces Opteron quadri-cœurs (nom de code "Barcelona"), AMD va introduire la seconde génération d'AMD-V avec le support de la virtualisation de la mémoire (Nested Pages en langage AMD). Cette technologie, couplée à l'assistance à la virtualisation des instructions x86 en mode privilégié permettra des gains significatifs de performances pour les applications faisant un usage intensif de la mémoire où générant un grand nombre de processus système. Intel devrait proposer une technologie équivalente au second semestre sous le nom de "Extended Pages". VMware s'est engagé à supporter les deux technologies peu de temps après leurs lancements respectifs.

En savoir plus :

Un extrait de la présentation de Jack Lo à VMworld 2006

Image_1Image_2Image_3Image_4

novembre 9, 2006 dans Virtualisation | Permalink | Commentaires (1) | TrackBack

Virtualize World Peace

Image_00050Microsoft a parfois de curieux slogans. A VMWorld 2006, la conférence utilisateurs VMware, qui se déroule actuellement à Los Angeles, Microsoft dispose d'un stand bien visible aux couleurs du Flower Power et professant la paix dans le monde de la virtualisation avec un slogan avenant : Virtualize World Peace. Le géant de Redmond distribue joyeusement des T-shirts affichant le slogan, des T-Shirts qui curieusement rencontrent une grande popularité auprès des utilisateurs présents mais aussi des salariés de VMware.

La plus roublarde des réalisations de Microsoft n'est toutefois pas cet affichage d'ouverture chez son principal concurrent. Le géant de Redmond a en effet réussi a insérer un DVD contenant la dernière mouture de LongHorn Server ainsi que la dernière mouture de son outil de virtualisation, Virtual Server 2003 R2, dans chacun des sacs distribués aux participants de la conférence. Ironiquement, VMware n'a pas profité de sa propre conférence pour faire de même, ce qui fait que chaque conférencier rentrera chez lui avec pour seul DVD celui de Microsoft.

Certains y verront sans doute un modèle de parasitisme ou le côté trop candide de VMware (à ceci près que la distribution des DVD a quand même du coûter un certain prix à Microsoft...). La vérité est que Microsoft, comme à l'époque de sa bataille avec Netscape, n'a pas l'intention d'abandonner le terrain de la virtualisation à VMware.

La conférence TechEd IT Forum de Barcelone, à laquelle je serai la semaine prochaine, devrait sans doute permettre d'en savoir plus sur l'Etat de l'offre de virtualisation de Microsoft et sur le chemin qu'il lui reste à parcourir pour disposer d'un hyperviseur fonctionnel, mais aussi d'une suite d'outils d'administration capable de rivaliser avec les outils de VMWare. Pour l'instant, le géant est regardé avec condescendance par VMware, y compris au plus au niveau -Diane Greene, la CEO de VMware estime ainsi avoir "des années d'avance"-. La présence lors de son keynote de Marc Andreesen, devrait pourtant l'inciter à plus de prudence. Microsoft n'a pas pour habitude d'abandonner un combat entammé, même s'il est en position de challenger. Novell, Corel, Netscape, Symbian et Sony, dans des secteurs divers, peuvent en témoigner. Un ancien premier ministre français le disait : "la pente est raide, mais la route est droite". Sur le secteur de la virtualisation, l'aphorisme colle plutôt bien à Microsoft. Virtualize World Peace pourrait rapidement devenir Virtualize World War...

novembre 8, 2006 dans Actualité, Serveurs, Virtualisation | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack