LMI Blog

 Infrastructure - La chronique de Christophe Bardy

« Faut-il acheter son NAS NetApp chez IBM ? | Accueil | DRM : quand mon téléphone me traite comme un voleur »

Le DRM plombe les coûts des PC

L'un des vilains petits secrets de la gestion des droits numériques est qu'elle à un coût. Lors d'une session technique sur le sujet à WinHEC 2005, un responsable d'ATI a ainsi expliqué à un parterre de développeurs largement goguenards que la protection des contenus numériques audio et vidéo imposera aux constructeurs des surcoûts de plusieurs dizaines de dollars par PC. Protéger les flux numériques à tous les niveaux de la plate-forme requiert en effet l'usage massif de technologies cryptographiques gourmandes en ressources processeur, mais aussi l'ajout de puces à plusieurs éléments critiques de la chaîne multimédia, notamment la carte graphique et la carte son (sans compter les tuners TV, les entrées firewire et USB...).

Pourquoi l'industrie de l'électronique et du PC se soumet-elle a de telles exigences, sachant que tôt ou tard les protections seront cassées? Interrogé à plusieurs reprises sur ce thème par des développeurs, le porte-parole d'ATI n'a pu avancer pour seule justification à cette gabegie que le désir de satisfaire Hollywood. Et d'expliquer que pour que le PC reste un vecteur de diffusion de contenus, les constructeurs devront le sécuriser, sous peine de voir Hollywood et les majors couper les vannes des DVD HD, vidéos et autres musiques en téléchargement. Un point que les fabricants de PC et Microsoft ne sauraient tolérer, à l'heure ou le PC fait enfin une percée dans les salons.

Le clou de la présentation : l'intervention d'un fabricant taïwanais d'écrans TFT signalant au porte-parole d'ATI que l'insertion d'une puce de protection de contenu HDCP dans un moniteur le fait considérer par les douanes américaines comme une TV et donc le soumet à un droit de douane supplémentaire de 5%. Sourire gêné du présentateur : désolé, c'est encore un coût qu'il faudra rajouter à ceux de la liste précédente.

Et quels bénéfices apporteront ces nouvelles technologies à l'utilisateur final ? La réponse est simple : une soumission totale au bon vouloir des studios et des majors pour ce qui est de la consommation des médias et une restriction quasi totale des droits de copie privée (par exemple, la fin ou la restriction des possibilités d'enregistrement de programmes TV). Après 20 ans d'ouverture, le PC ressemble de plus en plus à une prison dorée et il n'est pas dit que le consommateur accepte d'en payer le prix...

mai 10, 2005 dans DRM, Web/Tech | Permalink

Commentaires

Bien parlé, il faut que cet avis se répande pour éviter que les utilisateurs suivent sans savoir ce qui les attend...

Rédigé par : ayk | 11 mai 2005 16:42:47

Je comprends qu'il y a des contraintes matérielles pour supporter le DRM. Concernant la couche de l'OS, est-ce qu'une solution comme Linux permet de de se soustraire au DRM ?

Rédigé par : Bob | 12 mai 2005 15:59:30

Le problème de ses DRM est que pour être non contournable Linux ne sera plus utilisable sur ses PC. Sinon, il existera toujours un soft windows pour contourner la protection.

Rédigé par : nico | 16 mai 2005 15:49:54

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.